https://open.spotify.com/episode/0OUW6F91vN9vKtjhWK6REc?si=MMbmcOZDTDS6KIOJh1ZSYg
top of page

Evaluer des travaux de groupe, ç'est impossible ?

suite des posts dédiés au travail de groupe en classe

 Si le travail en groupe devient pour vous un moment d’évaluation dans votre progression au-delà d’une simple modalité de travail, il s’agit alors de prévoir et de signifier Je n’arrive pas à déterminer ce que je dois évaluer dans un travail de groupe. ce que seront l’objet et le support évalués. Pour valoriser le travail de groupe, importe que vous identifiiez ensemble la plus-value de cette modalité encore particulière.

 


Pour inventer l'Ecole, faisons oeuvre d'inventaire. Bien avant le socle commun instauré en 2005, l’École mutuelle, dès la Restauration des années 1820, s’est préoccupée de sortir les enfants de la rue et de leur donner un savoir minimum conforme à leur classe sociale: lire, écrire, compter. Dans de grandes salles, un maître et une centaine d’élèves s’organisaient en rôles et petits groupes. Les différences d’âges, de niveaux, mais aussi de compétences étaient alors motrices de l’apprentissage. Mais cette jolie histoire a une fin. L’École mutuelle a subi de nombreuses critiques à l’époque, notamment que les élèves apprenaient en trois ans le curriculum prévu pour six. Finalement, la « classe simultanée » dès Guizot en 1833, et confirmée par les lois Ferry en 1882, s’est imposée avec l’autorité experte et toute solitaire du maître et sa seule parole comme vecteur.


➥ D’après Anne Querrien, L’école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?, Les empêcheurs de penser en rond, Paris, 2006. À retrouver sur http://clioweb.free.fr/dossiers/mutuel.htm

 

Fixer des objectifs

À l’issue d’une grosse séquence en travaux de groupe, organisez une phase « méta » (pour méta-cognitif), c’est-à-dire d’évaluation collective, sur le mode atteint/pas atteint, au regard de deux ou trois objectifs fixés au début.


Sollicitez d’abord l’avis des producteurs eux-mêmes, puis l’avis des autres groupes.


Des conclusions se dégagent pour la suite du travail.


Valoriser la contribution collective

 « La performance de l’élève n’est pas le seul résultat de ses compétences et de la complexité de la tâche, précise Monteil. Elle résulte aussi du rapport qu’il entretient avec la tâche, des situations d’échec ou de réussite auxquelles il est habituellement confronté, de la manière dont il est mis en compétition, encouragé ou critiqué par l’enseignant. Sa visibilité dans la classe, c’est-à-dire la probabilité d’être interrogé ou de rester dans l’anonymat, ainsi que l’organisation du travail en groupe peuvent aussi modifier ses performances. »

Sept suggestions de comptes rendus

Avoir fait le choix d’une organisation collective ne doit pas se réduire à une évaluation individuelle. C’est aussi son originalité, l’approche individuelle étant surdéveloppée par ailleurs. Ainsi, vous pouvez, par exemple, solliciter le compte rendu des différents groupes par :

  • l’exposé oral d’un porte-parole de chaque groupe (suivi ou non de discussion, de mise au point par la classe, de l’apport de précisions et de compléments par le professeur) ;

  • un rapport écrit de chaque groupe commenté par le professeur et sou- mis à une évaluation ;

  • une procédure par « scintillement » : chaque groupe scinde son compte rendu de tâches en trois ou quatre messages brefs (d’une à trois minutes), lit un premier message, suivi d’une discussion ; puis viennent les seconds mes- sages suivis de discussions, et ainsi de suite jusqu’à épuisement des messages ;

  • l’exposition des productions réalisées par chaque groupe pour les sou- mettre à l’observation et aux commentaires des autres groupes ;

  • le débat entre délégués de chaque groupe (en forme de « panel-discussion ») ;

  • l’expérimentation de matériels élaborés par chaque groupe (courtes émissions au magnétophone, tableaux statistiques, dossiers documentaires, montages, appareillages) ;

  • une réflexion sur les méthodes de travail adoptées par chaque groupe et sur les obstacles rencontrés.

 

Le travail en groupe ne suffit pas à construire les relations, la coopération s’organise ; pour la découvrir, avant le chapitre prochain; voici un exemple et une vidéo.

 

 

Et…. aménager les espaces, c’est possible.

L’option choisie pour le travail des élèves peut avoir un impact fort sur l’organisation de votre espace pédagogique . Des centaines de cas sont documentés depuis des années à présent sur la « classe flexible » et à présent en France, sous le dispositif « archiclasse »[1].

 

Pour outiller la démarche, Archilab[2] identifie six  « lieux » fonctionnels au regard des objectifs et de la démarche créative : le feu de camp, la grotte, l’oasis, les sources, la scène, le labo. Les métaphores renvoient explicitement à la variété des situations des mini-groupes.

 

C’est d’abord une réflexion sur votre espace, souvent à partager dans une équipe (dans le cas d’un espace commun) et une stratégie…. mobile.



reprendre la série de posts dédiés au travail de groupe




La musique du jour


Comments


bottom of page